• Les diables

    les diables
     
     
    1634, dans la ville de Loudun, l'abbé Urbain Grandier défie l'autorité de Louis XIII, il exerce une grande influence sur les habitants de la ville. Collectionnant les conquêtes féminines, Grandier refuse d’abattre les remparts de la ville, qui a échappé aux guerres de religions. Mais au couvent des Ursulines, Mère Jeanne des Anges se déclare possédée par Grandier. Pour Laubardemont, l’envoyé de Richelieu, c’est l’occasion d’éliminer Grandier…

    Inspiré de l'affaire des démons de Loudun et du livre "Les Possédés de Loudun" d'Aldous Huxley.

    Réalisé par Ken Russell
    Avec Oliver Reed, Vanessa Redgrave, Gemma Jones, Dudley Sutton
    Film britannique
    Genre : Biographie, drame
    Titre original : The devils
    Musique : Peter Maxwell Davies
    Durée : 1h50
    Année de Production : 1971

    Pour contourner la limitation de visionnage de MEGAVIDEO et vous évitez d'attendre, vous devez supprimer les cookies et redémarrer votre box.
     

  • Commentaires

    1
    FRANCOISGD
    Mardi 29 Novembre 2011 à 22:57
    Très intéressant de revoir 40 ans après un film qui fit scandale à sa sortie et qui enthousiasma le public par son audace. Passons quelques erreurs historiques comme la peste en 1632 ainsi que les outrances violemment anti-Françaises d'un réalisateur Anglais : Louis XIII assimilé à Henri III tirant des protestants comme de vulgaires volailles. Normal , les papistes sont capables de tout, il manque des orgies de grenouilles ou d'escargots ! Il n'en reste pas moins une œuvre bizarre basée sur des faits réels : la volonté de Richelieu de mettre au pas la ville de Loudun, proche de celle de Richelieu en construction, et l'hystérie de quelques nonnes qui permirent à Richelieu d'abattre Urbain Grandier curé de Loudun et son grand opposant. Cela permit à Ken Russell de réaliser ce film baroque, violent et érotique, aux décors et costumes délirants, servi par la magistrale interprétation de Vanessa Redgrave et le talent d'Oliver Reed. Avec le recul du temps ce film représente bien son époque de tournage, kitch, outrancier, exhibitionnisme, un Woodstock cinématographique au service d'une dénonciation d'un crime d'état.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :